COMMUNIQUÉ DE PRESSE : 28 mai 2021 – Louvain-la-Neuve

Revendications contre « les violences sexistes et les agressions sexuelles » sur le campus de Louvain-la-Neuve.

Ce 4 mai, une réunion a été organisée avec les autorités, de la ville d’Ottignies Louvain-la-Neuve, des Universités et de la commission violence.

À la suite de nombreux cas de violences, d’abus, d’agressions sexuelles et de harcèlements dans les rues dans notre ville (#FolkloreComplice, #BalanceTonComitard et #LouvainLePorc), des revendications ont été transmises et publiées Une motion a été approuvée le 18 mai 2021.

Ces propositions sont co-écrites par les collectifs de Louvain-La-Neuve : COMAC – AGL – COLLECTIF DES FEMMES– CHELLN – CORSCI – CARDIJN SOLIDAIRE – ÉCOLO J – JPS – HELHA – VIE FÉMININE – Kot l’ANGELA – LA MEUTE – CORPS ÉCRITS, ORGANE ASBL – PLANNING FAMILIAL LLN

(La signature de ce document n’implique nullement un quelconque soutien à un parti politique)

Le problème important et urgent du sexisme et des agressions sexuelles dans la ville et sur le campus de Louvain-La-Neuve demande des réponses adéquates et immédiates. L’approche complexe et multilatérale se doit d’être constructive et ambitieuse. Ce problème n’est pas exclusif à Louvain-la-Neuve, mais commun aux différents campus de Belgique et du monde.

Les agressions et les cas de viols commis dans les rues de Louvain-la-Neuve ne constituent pas la majorité des agressions sexuelles : 87% des agressions sexuelles et des viols sont commis par des personnes connues (amis, cokoteurs, connaissances, partenaires). Actuellement, avec le confinement, il y a beaucoup d’agressions dans les kots. Une situation terrible pour les victimes, mais aussi pour les personnes qui assistent à ces scènes insupportables. Les témoignages les plus courants sont ceux d’agressions sexuelles qui ont été commises dans le cadre amical, amoureux, ou des colocations. On retrouve aussi le problème du consentement dans les fêtes estudiantines et les baptêmes.

Les violeurs sont souvent les conjoints, les cokoteurs, les personnes de confiance.

Il y a une culture de la non-dénonciation surtout quand l’agresseur est le cokoteur. La plupart des femmes violentées ou violées ne déposent pas plainte, or pour faire monter le taux de signalement de ses agressions, il est important de renforcer le pouvoir d’agir des femmes en les informant sur leurs droits. Prévenir et punir les harcèlements de rues, les agressions physiques et « académiques », etc.

Les plaintes doivent être actées, les agressions jugées et pénalisées.

Cette violence de genre, et plus précisément la violence sexuelle, a déjà été dénoncée à Louvain-la-Neuve par plusieurs associations étudiantes et par diverses ASBL, le Collectif des Femmes joue un rôle de coordination. En octobre 2020, “Pas une de plus”, un rassemblement de femmes et principalement d’étudiant-e-s de la ville ont dénoncé une tentative de viol, des agressions sexuelles à répétition, et protesté contre l’insécurité dans la ville et le manque d’action des autorités. Par la suite, des revendications ont été écrites et médiatisées. Aujourd’hui, nous réaffirmons ces revendications.

 

Les revendications peuvent être regroupées en plusieurs chapitres :

1- Revendications dirigées vers l’Université et les Hautes-Écoles

2- Revendications dirigées vers les autorités communales, la police et d’autres acteurs de la ville

3- Revendications destinées aux autorités régionales ou fédérales

4- La sensibilisation et l’éducation comme prévention

 

En annexe, vous trouverez :

  • Le texte original des revendications synthétisées avec des deadlines pour la presse
  • Motion relative à la prévention et la lutte contre les violences

Chargé des relations presse

Amancay Egas Torres 

Collectif des Femmes Asbl

66, rue Haute

1348 Louvain-la-Neuve

 

Tél. 010/47.32.40

Gsm 0489/80.26.71

info@collectifdesfemmes.be

https://www.facebook.com/collectifdesfemmesasbl

www.collectifdesfemmes.be

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *